Lucire
The global fashion magazine April 18, 2024 

Read in English Disponible en anglais
 

Pour les courageuses

MODE La poésie de la Lituanie, son passé traumatique et la notion de communauté se rejoignent pour le label d’Arūnė Jurevičiūtė, Searching. Jack Yan l’interviewe

Photographié par Marija Mireckaite
Dans le 46E numéro de Lucire et le numéro de l’octobre 2012 de Lucire KSA

 

 


 

Searching d’Arūnė Jurevičiūtė est un label de Vilnius, en Lituanie, qui n’a que deux ans d’existence, mais il est déjà très prometteur en tant que marque confiante et tournée vers l’avenir, qui a le sens de l’histoire et de la responsabilité sociale.

L’histoire du label est déjà inspirante, puisqu’elle parle d’une « communauté pour les personnes courageuses qui cherchent … nous cherchons tous quelque chose. Notre maison, l’amour, nous-mêmes, l’espoir, le bonheur, ou simplement un bon biscuit que nous aimons ».

Il y a une résonance qui se reflète ensuite dans les créations de Jurevičiūtė, qui mêlent couleur, passion, histoire, profondeur et réflexion. Quand on commence à sonder, on se rend compte que malgré sa relative nouveauté sur la scène de la mode, Jurevičiūtė contemple depuis longtemps la forme que prendrait Searching.

« Quand j’étais petite fille dans mon pays, nous avions cette émission de télévision, où ce styliste arrêtait les gens dans la rue et critiquait leurs tenues », se souvient Jurevičiūtė, aujourd’hui âgée de 23 ans. « Je rêvais de devenir journaliste, je voulais surtout travailler dans un magazine de mode. En grandissant, j’ai remarqué que j’aimais observer les gens dans la rue et deviner leur personnalité, et ce qu’ils étaient. Et la mode est devenue plus que des vêtements pour moi. C’était la liberté, l’expression et la confiance en soi ».

Jurevičiūtė a trouvé un moyen de s’adonner à sa passion. En 2016, elle a créé un blog, Saint Style, qui avait une audience décente, suffisamment pour qu’il quitte les confins de Blogger et sur son propre domaine. « À l’époque, dans mon pays, c’était quelque chose de très nouveau et d’impopulaire. Après le succès de mon blog, j’ai compris que je voulais être de l’autre côté des rideaux dans la mode, mais en Lituanie, nous n’avions pas de bonnes universités pour le design de mode. C’était plus orienté vers le cuir et l’avant-garde, alors j’ai décidé de voir le monde et de recevoir une meilleure éducation ».

De là, Jurevičiūtė a pris la direction du Royaume-Uni, s’inscrivant à l’université de Middlesex. « Je suis très heureuse de l’avoir fait, mes tuteurs m’ont beaucoup appris. Aujourd’hui, en Lituanie, les diplômes de design de mode se sont améliorés et nous avons beaucoup de designers étonnants et inspirants ».

Là-bas, le spectacle de sa collection de fin d’études a été annulé en raison de la première vague de COVID-19 en 2020. « Nous avons été obligés de trouver d’autres moyens créatifs de représenter notre collection. Ainsi, avec l’aide de mon fiancé, nous avons recréé mon travail en 3D ». Ce travail acharné a porté ses fruits, la collection de Jurevičiūtė étant notamment mentionnée sur la page d’accueil du site web de la remise des diplômes.

« Je pense que la 3D dans la mode est un outil incroyable, non seulement pour montrer les vêtements sous tous les angles, mais aussi pour sa durabilité. De nos jours, il est possible d’obtenir des tenues numériques à porter sur les réseaux sociaux. Qu’est-ce qui peut être aussi frais et durable ? ».

Il ne fait aucun doute que la capacité de conception et la maîtrise technologique sont là, mais chaque label a besoin d’une histoire.

Bien qu’elle ait grandi au XXIe siècle, Jurevičiūtė était bien consciente de ce qui s’est passé en Lituanie dans les années qui ont précédé sa naissance, ce qui a été mis en lumière en 2022 avec l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Elle explique : « En Lituanie, ma génération a grandi avec un traumatisme collectif lié à la guerre et à l’occupation. Toutes les familles ont été touchées par l’urss d’une manière ou d’une autre. Aussi, ces jours-ci, lorsque la Russie a commencé une guerre avec l’Ukraine, [cela] fait resurgir ce traumatisme, même si notre génération n’a jamais été occupée, nous revivons l’horreur avec l’Ukraine. Le fait de savoir que mon arrière-grand-père a été tué parce qu’il a refusé de partager des informations internes a créé en moi un esprit de combat.

» Ainsi, ma collection de fin d’études était basée sur l’esprit d’un combattant lituanien. Et avec Searching, j’essaie d’aider les gens à ne pas avoir peur de se battre pour leurs convictions et d’exprimer qui ils sont ».

Après avoir obtenu son diplôme, Jurevičiūtė a décidé de lancer son label, ce qu’elle considère comme son « destin ». Elle déclare avec confiance, « Pouvoir créer librement et rendre les autres confiants, heureux et eux-mêmes est le plus grand cadeau que j’aurais pu m’offrir. Même si beaucoup de gens m’ont fait peur en me disant que ce secteur est très difficile et qu’il faut beaucoup de temps pour réussir à avoir son propre label, je n’y changerais rien. Il suffit de croire en soi et le monde est à vous ! ».

La marque, explique-t-elle, se veut « audacieuse et pétillante. Il s’adresse aux personnes qui sont toujours à la recherche de quelque chose, et peu importe ce qu’elles cherchent, chercher et trouver est toujours important. Je voulais vraiment créer quelque chose qui puisse être rock, mais qui soit toujours élégant ».

En parcourant le site Web de Searching, on peut voir ses principes à l’œuvre. Elle utilise des mots inclusifs, comme ensemble. Les « Histoires » contiennent de petites pièces et illustrations inspirantes qui résument chaque collection. Il ne s’agit pas de l’étiquette, mais de ceux qui choisissent de porter Searching. Dans les années 2020, vous voulez que vos marques aient l’impression d’être à vos côtés, avec des valeurs communes, et c’est exactement ce que fait Searching.

Depuis qu’elle est devenue commerciale, Jurevičiūtė a poursuivi l’éthique et les idées de sa collection de fin d’études. Sa plus récente, Zosephine, a été créée en mémoire de sa grand-mère, mais elle est censée représenter toutes les grands-mères. Cependant, ses créations ont une touche contemporaine, alliant l’héritage au goût du jour.

« Les grands-mères sont des êtres humains attentifs et aimants », peut-on lire dans les notes de la collection. « La plupart du temps. Habituellement, nous pensons à elles comme elles ont toujours été, comme elles sont maintenant ou comme nous les avons vues la dernière fois. Seules des photos poussiéreuses, en noir et blanc, tirées des coins les plus sombres, montrent un peu de piment sur leur vie. Et si votre grand-mère était jeune ? Bien sûr, elle l’était. Mais si elle était énervée, rebelle, passionnée, courageuse et battante ? Pour ses croyances, sa jeunesse, son avenir et son plaisir ? ».

Zosephine a été créée pour inciter les gens à penser à leurs grands-mères jeunes et aux idéaux qu’elles pouvaient avoir, et pour nous encourager à nous poser des questions sur leur vie. Pour ceux dont les grands-mères sont encore en vie – et c’est peut-être le cas des jeunes clients de Searching – la collection est destinée à promouvoir un dialogue dans la vie réelle.

Pour concevoir la collection, Jurevičiūtė a repris des éléments des photos de sa grand-mère. J’ai pris les petits détails des tenues qu’elles portaient et je les ai combinés avec de l’audace et de l’éclat.

Dans une autre concession aux exigences modernes, Jurevičiūtė a abordé ses collections de manière durable. Chaque tenue est fabriquée en nombre strictement limité, ce qui réduit leur empreinte environnementale. « Je voulais que ce soit aussi durable que possible pour un petit créateur. Je n’utilise principalement que de l’éco-coton ou d’autres matériaux recyclés durables. Afin d’éviter tout gaspillage, nous ne créons nos produits qu’après avoir passé commande en fonction des mensurations, de sorte que le vêtement ne soit créé que pour cette personne et qu’il lui aille parfaitement.

De plus, la plupart des vêtements sont fabriqués en petites quantités afin que la personne qui les porte se sente spéciale. Une fois les pièces vendues, nous ne créons pas les mêmes modèles, même si on nous le demande, parce que nous voulons que [un nombre limité de] personnes aient ce modèle spécifique. Mais les commandes personnalisées sont toujours possibles ! ».

La Lituanie elle-même sert également d’inspiration, influençant l’approche du design de Jurevičiūtė. « La langue lituanienne est très poétique, et nous sommes très proches de la nature. Il existe même un dicton selon lequel un Lituanien se rend dans la forêt lorsqu’il est heureux, triste ou préoccupé pour obtenir une réponse et un soutien [rires]. Mais la plupart des Lituaniens portent du noir et des silhouettes très simples, et craignent de montrer qui ils sont vraiment à travers les vêtements.

» Lorsque je suis revenue dans mon pays pour créer, l’un de mes objectifs était d’inciter les gens à ne pas craindre quelque chose de différent et fait pour eux. Il est encore difficile de comprendre pour les Lituaniens pourquoi la méthode de précommande est si spéciale, mais nous allons déjà dans la bonne direction vers une meilleure compréhension ».

C’est l’espoir de Jurevičiūtė que la marque se développe au-delà d’elle-même et d’une commode. Elle réfléchit à la manière dont cette communauté pourrait se développer : « Je vois Search­ing devenir une maison, où les gens ne sont pas des clients mais une communauté où ils se soutiennent mutuellement et peuvent être eux-mêmes. Il ne s’agit plus de vêtements : il s’agit du sentiment qu’ils créent, de ce qu’ils vous font devenir, créant ainsi un monde meilleur pour tous ». C’est un objectif louable, et la mode est le moyen d’y parvenir. •

 

 

Jack Yan est fondateur et éditeur de Lucire. Traduit par Julia Soares.

 

 

 

Related articles hand-picked by our editors


Thoughtful and timeless

Réfléchi et intemporel
Slow fashion, elegance, and exceptional quality come together in Estonia with Marimo, the label founded by designer Mariliis Pikkar. Jack Yan interviews her
Slow fashion, élégance et qualité exceptionnelle sont réunis en Estonie avec Marimo, le label fondé par la créatrice Mariliis Pikkar, interviewée par Jack Yan
Photographed by/photographié par Julia Astok
From issue 45 of Lucire
Dans le 45e numéro de Lucire

 


All the love in the world

Lauren DeCarli of Paneros Clothing has ensured that her brand stands up to scrutiny when it comes to its claims of sustainability. Jack Yan looks at the Los Angeles-based eco-fashion label
First published in Lucire issue 44 and in the November 2021 issue of Lucire KSA

 


A quiet quality

Her designs may exhibit boldness and quality, but designer Deryn Schmidt is not one to shout from the rooftops. Instead, she has a modest approach to her work, recognized by those truly in the know when it comes to properly tailored, well finished fashion, writes Jack Yan
First published in the December 2021 issue of Lucire KSA