Lucire
The global fashion magazine December 06, 2022 

Ci-dessus : Lucire a pu voir l’entrée d’H&M en Nouvelle-Zélande, avant l’ouverture des portes au public en 2017.

Read in English Available in English
 

Retour en arrière: l’édition du 25e anniversaire

LIVING Un regard sur nos archives, il y a 25 (en guise de célébration), 15 et 5 ans. Recherches sur le web par Mojeek

dans le numéro de l’octobre 2022 de Lucire KSA

 

 

1997

La gamme Libération en dit long sur Starfish. Elle reconnaît « ce que c’est que de vivre dans ce pays », mais en s’adaptant à l’humeur de chacun. Laurie-ann Foon reconnaît que la Nouvelle-Zélande a un profond héritage agricole, et les vêtements le démontrent en étant solides et confortables.

Mais il y a des significations plus profondes. Les Néo-Zélandais partagent tous le désir de « se libérer de leur environnement », explique Laurie-ann. Il s’agit de passer de la ferme à la ville ou de la banlieue à la célébrité. C’est le rêve néo-zélandais. – J. Yan : « Bord d’attaque », Lucire, 20e octobre 1997

 

2007

Une styliste, dont je tairai le nom, a récemment déclaré que Lucire était le seul magazine de mode néo-zélandais qu’elle connaissait qui contenait un véritable journalisme. J’ai été très heureuse d’entendre ce commentaire, et il semble que la préoccupation concernant le manque de profondeur des magazines de mode soit partagée par d’autres personnes. Stevie Wilson, ancienne chef du bureau américain de Lucire et rédactrice chez nous depuis de nombreuses années, a écrit sur son blog LA-Story.com qu’elle a réduit sa liste d’abonnements au fur et à mesure que les magazines se vident, selon elle. – J. Yan : « Quand les magazines de mode et de beauté nous ennuient », Lucire, 3e octobre 2007

 

2017

« La Nouvelle-Zélande est à l’avant-garde de la mode », déclare Daniel Lattemann, directeur des ventes nationales de H&M pour la Nouvelle-Zélande. Mais, « Il existe un consommateur mondial qui a les mêmes besoins ». Lorsque nous lui avons fait remarquer que c’était un point sur lequel nous avons eu du mal à insister au cours de la dernière décennie, lorsque nous sommes passés à une édition imprimée pour compléter notre édition en ligne, Lattemann a répondu : « Il faut éduquer le consommateur et cela prend du temps. Aujourd’hui, ce sont les médias sociaux qui déterminent les tendances mondiales de la mode ». Les gens partagent et suivent, et un look global, selon lui, a émergé, un look que H&M est en bonne position pour satisfaire. – J. Yan et S. Seng : « L’idée capitale de H&M », Lucire, 25e octobre 2017

 

 
Traduit by Alexander Guy

 

 



 

Related articles hand-picked by our editors


Print’s the next big thing

With a web-savvy generation who know about Big Tech’s issues with privacy and surveillance, print magazines are looking like a great time-out from digital screens at every moment of the day. Jack Yan looks at the trends

 


Rachel Hunter: an earth angel spreads her wings

After a multi-decade flight riding high as an international supermodel, New Zealand-born and bred Rachel Hunter came back to earth to embark on a journey of self-discovery, personal wellness and inner peace. She shares her discoveries about revitalization, reinvention and renewal with women everywhere through media, meditation, nutrition and yoga, reports Jody Miller

 


With the cares of the world far behind us

With a 50th anniversary limited edition based around its potent V12 DBS Superleggera, Aston Martin pays tribute to a Bond car, one that isn’t as well known as the DB5 from Goldfinger, but which deserves to be considered alongside it, says Jack Yan
Photographed by Dominic Fraser and courtesy Aston Martin