Lucire
The global fashion magazine December 06, 2022 

Blazer et pantalon d’Aggi ; chemise vintage ; maquillage : Osea and Beautycounter

Read in English Available in English
 

Le plaisir de la performance

MODE DE VIE Si elle a eu un certain nombre de rôles de comédies et de dramatiques très médiatisés, Olivia Macklin a des talents dans tous les genres, ayant été formée au théâtre, comme le découvre Jack Yan

Photographié par Josh Fogel
Coiffure par Erika Vanessa avec T3 Micro
Stylé par Karlee Parrish
Photographie assisté par Nick Sutjongdro
Dans le 45e numero de Lucire

 

 


Manteau de Raquel Allegra
Pantalon de Theory
Chaussures de Morjas
Maquillage : Armani Beauty et Vapour Beauty
 

Olivia Macklin a le sens de la comédie, comme elle l’a prouvé l’an dernier dans sa série Pretty Smart, en jouant le rôle de Claire, la sœur moins qu’intellectuelle de la très cultivée Chelsea, avocate diplômée de Harvard (jouée par Emily Osment), qui se retrouve à partager un appartement avec sa sœur et ses amis. Claire est optimiste, son caractère est effervescent et elle voit le bon côté de la vie – ce qu’elle partage avec l’actrice qui l’incarne.

Cette jeune femme de 28 ans, originaire de l’Illinois, affirme qu’il n’y a pas un moment où elle n’a pas voulu être actrice, car elle a grandi à Glencoe, sur la rive nord de Chicago. « La banlieue nord de Chicago est formidable », se souvient-elle. « C’est magnifique et très sûr, mais aussi incroyablement proche de la grande ville. J’ai pu profiter d’un peu des deux mondes. Je pouvais me promener en ville avec mes amis et être une enfant. Mais avec la proximité de Chicago, j’avais accès à de nombreuses écoles de théâtre de qualité ».

Sa famille a nourri son intérêt, comme elle le rappelle avec bonheur : « J’ai beaucoup de chance d’avoir des parents qui ont toujours soutenu mon rêve, surtout quand j’ai vu beaucoup de mes amis vivre l’expérience inverse. Il faut beaucoup de confiance pour permettre à son enfant de poursuivre quelque chose d’aussi risqué et potentiellement déchirant. Cela dit, je ne sais pas s’ils ont vraiment eu leur mot à dire. J’étais assez déterminé à devenir acteur, quoi qu’il arrive. J’étais toujours à la recherche de cours à suivre, de pièces à auditionner, etc. Le plus gros du travail était fait – j’avais juste besoin d’un chauffeur ».

À partir de là, la licence en interprétation théâtrale de l’université de Fordham a suscité son intérêt. « J’étais surtout intéressée par Fordham parce qu’ils n’acceptent qu’une vingtaine d’étudiants par an dans la filière théâtre, je savais donc que je recevrais une formation très concentrée et personnelle », dit-elle. « La dernière chose que je voulais, c’était me sentir comme un numéro dans un océan d’enfants. J’avais également rencontré d’anciens élèves vraiment incroyables qui m’ont enseigné lorsque j’ai participé à un stage d’été intensif de théâtre à North­western avant ma dernière année de lycée et ils semblaient être exactement le genre d’acteur que je voulais être. Je les admirais vraiment et je suis reconnaissant de les avoir rencontrés au moment où j’envisageais mes options ».

C’est pendant ses études que l’on voit pour la première fois des histoires de Macklin, avec diverses compagnies de théâtre, notamment dans son université, à New York (notamment en se produisant au Fringe Fest en 2013), et même à Rome, en Italie, dans le rôle d’Anna dans la pièce en un acte de Dario Fo, Non tutti i ladri vengono per nuocere. Macklin est l’un des acteurs les plus connus de la compagnie indépendante Less Than Rent Theatre à New York, qui a exploré de nombreux genres, dont la comédie.

« Bonjour à ma famille LTR ! », s’exclame Macklin lorsqu’on l’interroge sur son séjour. « J’ai rencontré des gens de théâtre incroyables en faisant partie de cette compagnie. Mais mon amour pour la comédie est né bien plus tôt. J’ai grandi en regardant des sitcoms comme Une nounou d’enfer et Will et Grace, et des films comme Romy et Michelle, 10 ans après, et tout cela m’a marqué ».

Diplômée en 2016, Macklin a rapidement obtenu des crédits télévisés, apparaissant dans un épisode de Sex & Drugs & Rock & Roll, et régulièrement dans le rôle de la mère biologique d’un futur pape dans les séquences de flash-back de la série en 10 parties The Young Pope de HBO, qui mettait en vedette Jude Law et Diane Keaton.

Macklin a montré ses talents dramatiques dans Radium Girls, un film de 2018 sur les femmes qui ont été malades d’un empoisonnement par radiation après avoir travaillé avec de la peinture lumineuse chargée de radium utilisée pour peindre les cadrans de montres dans les années 1920.

Son premier rôle comique bien connu a été dans la sitcom aérienne d’ensemble LA to Vegas en 2018, dans le rôle de Nichole, une strip-teaseuse qui a fait le trajet pour le travail. Elle a reçu des critiques positives, mais le fait d’apparaître à la mi-saison n’a pas aidé ses chances. Elle est revenue au drame – la série pourrait être mieux étiquetée comme une comédie dramatique ou une « dramédie » – dans le remake américain de la série néo-zélandaise Filthy Rich.

Son rôle de Becky Monreaux, la belle-fille du défunt Eugène (qui s’avère ne pas être si mort que ça plus tard dans la série), n’avait pas d’équivalent direct dans la série originale, bien que le remake ait mis en vedette Kim Cattrall dans le rôle de la veuve d’Eugène, Margaret, suivant le rôle que Miriama Smith avait créé.

Macklin dit qu’elle n’a jamais vu la série originale, mais qu’elle a demandé avec humour : « Est-ce que je suis tirée d’affaire puisque mon personnage n’a pas d’équivalent en Nouvelle-Zélande ? ».

Elle ajoute : « Même si Becky se trouvait dans des circonstances beaucoup plus ‹ adultes › que certains de mes autres personnages, elle était assez immature et avait une vision très étroite du monde, de sorte que je n’avais pas l’impression de jouer quelqu’un de beaucoup plus âgé que mes autres personnages ».

C’était une bonne occasion de montrer ses capacités dramatiques à un public plus large. « Je suis une fan de sitcoms, mais aussi une fan de théâtre, et quand vous allez à l’école d’art dramatique, vous avez l’occasion de jouer une myriade de personnages pendant ces quatre années. J’aime vraiment repousser mes limites et me prouver que je peux jouer n’importe quoi. Encore une fois, je suis en quelque sorte tombé dans la voie de la comédie, et j’adore ça, mais j’ai tout autant envie de mettre la main sur quelque chose de vraiment sombre ».

suite ci-dessous


Blazer et pantalon de Theory
Maquillage : Armani Beauty and RMS Beauty

 

Le casting de Filthy Rich jouait une famille – qui ne s’entendait cependant pas toujours, avec des membres illégitimes qui se retrouvent au cœur de l’action – mais il y avait un vrai sentiment de famille sur le plateau. Cattrall continue de suivre Macklin sur Instagram, commentant et aimant les posts, par exemple. « C’était un groupe vraiment amusant. Le fait que nous étions tous généralement à des âges différents et à des endroits différents de nos vies se prête en fait à la dynamique familiale. J’étais la plus jeune et c’est ce que je ressentais lorsque je fréquentais certains de mes camarades de casting qui étaient mariés ou avaient des enfants. Nous étions tous vraiment cool à propos des différentes circonstances de la vie de chacun. Et c’est dans cette série que j’ai rencontré mon petit ami, alors on peut dire que les liens ont continué ! ».

Son petit ami est un autre acteur, Benjamin Levy Aguilar, qui a joué Antonio Rivera dans Filthy Rich, et que l’on voit parfois sur l’Instagram de Macklin, bien que le couple ait tendance à être assez privé. « Ni l’un ni l’autre ne faisons une fixation sur les médias sociaux et n’avons aucun mal à garder la majorité de notre relation privée », dit-elle. « Et tout ce que nous publions concerne le travail – nous ne laissons pas cela empiéter sur notre identité lorsque nous ne sommes que tous les deux. Il m’arrive d’être un peu tendre sur les médias sociaux de temps en temps, mais qui s’en soucie ? ».

Être dans une relation avec quelqu’un qui exerce la même profession a ses avantages, affirme Mlle Macklin. « Ce secteur peut parfois être si épuisant que je pense que nous avons souvent envie de laisser cela à la porte et de passer du temps ensemble, sans avoir l’impression d’être en mode acteur. Mais c’est agréable d’avoir toujours autour de soi quelqu’un qui comprend totalement la lutte qui accompagne ce métier et quelqu’un avec qui vous pouvez vous entretenir et à qui vous pouvez confier des choses si vous avez besoin d’aide ».

Après Filthy Rich, il y a eu Pretty Smart en 2021, où le principe du poisson hors de l’eau était propice à la comédie. « Pretty Smart et Claire en particulier étaient exactement ce que je rêvais de faire quand j’ai passé cette audition. J’avais rêvé d’un tournage en multicam depuis si longtemps, mais ce support n’est plus aussi courant qu’avant. J’étais également très impatiente de travailler pour une plateforme de streaming comme Netflix. Et Claire tiendra toujours une place spéciale dans mon cœur. La jouer m’a rendu tellement heureux chaque jour ».

Macklin a elle-même quatre sœurs, dont une plus âgée et intelligente appelée Emily, et elle a trouvé qu’elle pouvait s’identifier à Claire.

Il est évident qu’il y a beaucoup d’amour sur le plateau, et les interviews des coulisses données par Macklin et Osment montrent qu’on s’est beaucoup amusé en coulisses. Macklin dit qu’ils se sont tous liés. « Contrairement à Filthy Rich, les acteurs de Pretty Smart ont tous à peu près le même âge et vivent beaucoup de choses similaires, ce qui était un changement agréable. Nous étions tous libres de traîner et de passer du temps ensemble en tant que quintette assez souvent. C’est un groupe cool ».

Au moment de l’interview, Netflix n’avait pas annoncé si Pretty Smart serait renouvelée, bien que l’on ait appris au moment de la publication que, malheureusement, elle avait été officiellement annulée. Osment se dirige vers un rôle régulier dans la série Young Sheldon.

Quant à Macklin, cet artiste aux multiples talents a la capacité de jouer n’importe quel rôle dans n’importe quel genre. Reste à savoir s’il s’agira d’un rôle « très sombre », mais il est clair qu’elle aime beaucoup la comédie, ayant déclaré dans d’autres interviews qu’elle respecte les grands acteurs comiques. Quelle que soit son orientation, il est clair qu’elle a beaucoup à offrir, et nous garderons un œil attentif sur son prochain rôle. •

 


Top par Dion Lee
Boucles d’oreilles par Stica
Pantalon par MaxMara
Ceinture vintage
Maquillage : Armani Beauty et Vapour Beauty

 

Jack Yan est fondateur et éditeur de Lucire. Traduit par Alexander Guy.

 

 



 

Related articles hand-picked by our editors


Blooming with good vibes

Actress Violett Beane has some things in common with her God Friended Me character Cara Bloom, but has ambitions beyond her love of acting, she tells Jack Yan
Photographed by Jon Moe
Make-up by Jamie Dorman
Styled by Brittany Lovoi
Hair by Lino Martínez
First published in issue 40 of Lucire

 


Taking one moment at a time

Un pas à la fois
Megan West’s career, which began when she was six, has seen her tackle an astounding range of roles. The actress shares insights into her work, and what gives her balance, with Jack Yan
La carrière de Megan West, qui a débuté à l’âge de six ans, l’a vue s’attaquer à une gamme étonnante de rôles. L’actrice partage un aperçu de son travail et de ce qui fait son équilibre avec Jack Yan
Photographed by/photographié par Lucas Passmore

Make-up by/maquillage par Beth Follert
Styled by/stylé par Karlee Parrish

First published in issue 44 of Lucire
Dans le 44e numéro de
Lucire

 


A creative instinct

Actress Joy Osmanski fell in love with the arts since she began ballet lessons at age three. Since then she’s become a busy working actress, with her latest role in the DC Universe series Stargirl. Jack Yan speaks with her
Photographed by Sarah Ford
First published in the October 2020 issue of
Lucire KSA