Lucire
The global fashion magazine April 14, 2024 

Read in English Available in English
 

Diriger un centre culturel florissant

MODE DE VIE Alors que le Musée national saoudien accueille une exposition Van Cleef & Arpels, Taha Sakr et Mohamed Samir ont rencontré la directrice générale du musée SE Laila Al-Fadagh

Dans le numéro du mars 2023 de Lucire KSA

 

 

 

Fin décembre 2020, le conseil d’administration du musée national saoudien, dirigé par SAR le prince Badr bin Abdullah bin Mohammed bin Farhan Al Saud, ministre saoudien de la culture, a pris une décision nommant SE Laila Al-Fadagh au poste de directrice générale du musée national, ce qui représente un poste de premier plan dans le plus grand musée saoudien.

Mme Al-Fadagh possède une expérience antérieure dans le domaine des musées, puisqu’elle a travaillé en tant que conservatrice pour le King Abdulaziz Center for World Culture, Ithra, de 2010 à 2017.

Au cours de son mandat, elle a contribué à l’organisation des premières expositions du centre, et a supervisé l’ouverture du musée, puis en est devenue la présidente en 2017, en plus de sa participation au développement du premier musée pour enfants du Royaume, et de la création du prix Ithra pour les arts, qui est le plus grand prix contemporain du monde arabe.

Mme Al-Fadagh a obtenu un master en sciences internationales à l’université d’État de l’Oklahoma à Stillwater, qui lui a permis de réaliser plusieurs accomplissements scientifiques, notamment sa contribution au programme Art Café, qui s’est tenu dans le cadre du programme culturel de Saudi Aramco en 2012 et a attiré 1 700 visiteurs quotidiens.

Dans sa mission actuelle, Mme Al-Fadagh se concentre sur la mise en œuvre des plans de développement du Musée national saoudien et sur l’amélioration de l’expérience des visiteurs (en termes de développement des services à des niveaux qui suivent le développement culturel global que connaît le Royaume grâce à la Vision 2030 du Royaume).

Lucire KSA a eu l’occasion de la rencontrer en marge de l’exposition Van Cleef & Arpels qui s’est tenue récemment au Musée national saoudien à Riyad.

Nous avons décidé de prendre un café, ce qui a ouvert la voie à la courte interview ci-dessous sur l’exposition et les activités du musée.

 

Voyons d’abord comment a débuté la relation entre le Musée national saoudien et Van Cleef & Arpels.

La relation avec Van Cleef & Arpels a commencé il y a environ deux ans. Il s’agissait simplement d’une conversation informelle.

Van Cleef & Arpels est bien connu pour son intérêt pour les initiatives dans le domaine des arts et de la culture. Ce n’est donc pas seulement une entreprise, elle est là pour promouvoir l’art, la créativité et l’innovation.

L’exposition Van Cleef & Arpels devait se tenir au Musée national saoudien pour la première fois au Moyen-Orient. Il a été très difficile de dire non.

Nous avons pensé qu’il serait vraiment intéressant de créer un lien entre l’exposition et aussi ce qui se trouve dans nos galeries permanentes. Et je crois qu’il est essentiel pour nous, en tant que musée national, de mettre en valeur et de présenter ce que nous avons. Et en développant ce partenariat, nous apportons une exposition fantastique de haute qualité en termes de présentation.

 

Prévoyez-vous des partenariats dans la période à venir ?
Il n’y a rien avec une marque pour le moment, mais nous travaillons avec des entités locales et envisageons des entités internationales. Je pense qu’étant dans l’industrie culturelle et en tant que musée national, ces partenariats sont importants. Car une partie de ce que nous faisons en tant que musée est d’apporter le monde aux Saoudiens et d’apporter notre monde au monde extérieur. Je pense donc que les partenariats sont essentiels pour ce que nous faisons.

 

Pouvez-vous nous en dire plus sur les ateliers organisés pendant l’exposition ?
Nous aurons toujours des conférences, des ateliers et des activités sans rendez-vous. Et lorsque nous organisons des expositions, les discussions et les ateliers sont centrés sur l’exposition.

Nous avons plus de 4 000 objets exposés – donc une infinité de sujets à aborder. En outre, nous proposons des programmes de visites libres, tels que des ateliers.

Vous devez vous inscrire à l’avance, mais ils sont ouverts à tous et gratuits pour le public. Nos activités sans rendez-vous sont proposées chaque fois que vous vous trouvez dans le musée et que vous voyez une station à laquelle vous voulez participer.

Nous créons différents types de programmes pour différents groupes d’âge. Et puis je suis enthousiasmé par nos programmes de visites scolaires.

 

Pouvez-vous nous en dire plus sur les programmes de visite des écoles ?
L’équipe du Musée national saoudien développe une plateforme permettant aux écoles de réserver des visites du Musée national en ligne. Elles peuvent nous indiquer la tranche d’âge, le type d’activité qu’elles souhaitent et la taille de l’établissement.

 

Avez-vous des programmes sur mesure ?
Nous pouvons élaborer des programmes spéciaux en fonction du temps dont ils disposent et de la tranche d’âge. Certaines personnes et certaines écoles sont simplement intéressées par une visite. Nous pouvons donc proposer ces deux types d’activités. Mais notre objectif est de rendre l’apprentissage amusant, passionnant et agréable. Nous voulons que les gens soient curieux et c’est ce que nous essayons de faire.

 

Qu’est-ce que le Musée national saoudien ? Quel est l’objectif de la création d’un tel musée en Arabie saoudite et qu’est-ce qui est exposé à l’intérieur du musée lui-même ?
Le Musée national a ouvert ses portes en 1999, pour célébrer le centenaire de la fondation de l’État saoudien. Le projet du musée a pris trois ans du début à la fin. C’est étonnant pour un musée ; ils n’avaient pas de collection ni rien à l’époque. Il leur a fallu constituer une collection, élaborer un scénario et construire un musée en même temps, ce qui relève de l’exploit, mais ils y sont parvenus. Le parcours du musée est une frise chronologique, il commence donc par l’histoire naturelle du royaume, puis passe aux premières civilisations, puis à la période préislamique du royaume d’Arabie, aux premier et deuxième États saoudiens, puis à la galerie d’unification.

En outre, nous disposons également de deux espaces d’exposition. Ainsi, nous honorons, promouvons et préservons notre passé et créons des opportunités pour le présent et l’avenir grâce à nos expositions temporaires.

 

Pouvez-vous nous en dire plus sur le soutien gouvernemental pour réaliser un tel boom culturel dans le royaume ?
Je pense qu’il est très important pour l’essor des industries culturelles d’avoir le soutien de leur gouvernement. Le royaume d’Arabie saoudite est très visionnaire quant à la direction qu’il veut prendre, et il investit énormément dans différentes disciplines de l’industrie culturelle. Et pour moi, c’est très, très excitant, surtout pour quelqu’un qui a commencé avec un diplôme d’art et qui n’avait aucune idée de ce que je ferais. Avoir cette opportunité ici est fantastique puisque j’ai toujours été intéressée par les arts ainsi que par le fait de servir ma communauté. Je peux dire que j’ai beaucoup de chance et que cela crée des opportunités pour tous ceux qui m’entourent. •

 

HE Laila Al-Fadagh and the authors

 

Traduit par Alexander Guy.

 

 



 

Related articles hand-picked by our editors


Future directions for the one and only Diriyah Gate

Lucire KSA meets the CEO of the Diriyah Gate Development Authority, Jerry Inzerillo, who shares insights into the future plans for the UNESCO historical site. Taha Sakr speaks with him
From the August 2021 issue of Lucire KSA

 


Getting serious about Saudi fashion

Marriam Mossalli is the founder of Niche Arabia, one of the Middle East’s leading consultancies specializing in fashion and luxury goods. She is a leading voice for Saudi Arabia’s emergent fashion industry. Qurratulain Wahab headed to her offices in Jeddah to find out more
Photographed by Nouf Alhimiary and Lina Qummosani
From the December 2018 issue of
Lucire KSA

 


Do try it at home

Merrill J. Fernando is well known as the founder and public face of Sri Lanka’s Dilmah Tea, a Brands with a Conscience Award winner. Jack Yan spoke with him on social responsibility, family and his company’s part in the relief efforts for the Boxing Day tsunami
First published in issue 20 of Lucire