Lucire
The global fashion magazine April 23, 2024 
Reem Acra

From Reem Acra’s fall 2021 collection.

Read in English Available in English
 

Permettre à la magie d’opérer

MODE La même année que Lucire, Reem Acra commémore les 25 ans de la création de son label. Jack Yan s’entretient avec elle

Dans le numéro du janvier 2023 de Lucire KSA

 

 

Reem Acra fall 2021 Reem Acra fall 2021
Ci-dessus: De la collection automne 2021 de Reem Acra, Classic Glamour.
 

Reem Acra, que ce magazine a couverte à partir de sa collection de l’automne 1999 à la Semaine de la mode de New York, a lancé sa collection nuptiale en 1997 et est l’un des talents les plus admirés des États-Unis et du monde de la mode. Son attention méticuleuse aux détails, ses tissus et couleurs somptueux et sa sensibilité internationale en matière de design l’accompagnent depuis le début et distinguent son travail, et elle continue d’impressionner à chaque collection, tant dans sa ligne de prêt-à-porter que dans sa collection nuptiale.

Née à Beyrouth de parents qui travaillaient au centre médical de l’université américaine de Beyrouth – sa mère travaillait en médecine familiale tandis que son père était professeur et expert en santé publique – Acra se souvient d’une enfance « magique ». Elle explique : « Il est difficile de l’exprimer avec des mots. Beyrouth était un endroit où tout se mélangeait. Il existe un lien entre ceux qui ont vécu là pendant une certaine période. Ce lien était un mélange d’art, de culture, de musique et de vie nocturne. Mon approche du design et ma créativité sont définitivement issues de mes antécédents ».

Ses premières compétences en couture lui ont été transmises par sa grand-mère et une couturière qui vivait avec sa famille. « J’ai eu la chance d’être entourée de femmes qui voulaient m’apprendre le métier. Je voulais aussi tout absorber. Ma grand-mère m’a appris à confectionner de belles fleurs à partir de chutes et de restes de tissus de mes robes. Notre couturière résidente avait toujours besoin d’une paire de mains supplémentaire pour tirer le tissu de l’autre côté de la machine. Tout en l’aidant, je regardais chaque point de couture ». À l’âge de cinq ans, la jeune Reem Acra avait déjà conçu sa propre garde-robe, bien qu’elle affirme qu’elle ne pensait pas devenir styliste à ce stade.

Elle a fréquenté l’Université américaine de Beyrouth, dont elle est sortie diplômée en commerce en 1982. Elle y a rejoint le club de mode et y a organisé un défilé en juin qui a attiré un public nombreux. À ce moment-là, dit-elle, « j’ai compris que je finirais par être styliste ».

L’une des créations qui a permis à Acra de se faire remarquer lors du défilé était une robe en organza de soie réalisée à partir de la nappe de sa mère. « La robe en nappe était une idée de création de dernière minute. J’étais invitée à une fête à mon université et je n’avais rien de neuf dans ma garde-robe à ce moment-là. Je devais faire vite, j’ai regardé autour de moi et j’ai remarqué la nappe de ma mère et j’ai imaginé que je pourrais la transformer en robe, juste à temps pour aller à la fête. Je me suis dit que ma mère préférerait avoir une belle robe plutôt qu’une très belle nappe recouvrant la table ».

Une rédactrice de mode a repéré la robe et a proposé à Acra d’organiser un défilé. À partir de là, sa carrière de styliste n’a pas connu de répit, même si elle a dû quitter son Liban natal – en pleine guerre civile – pour atteindre ses objectifs.

« Quand j’ai quitté Beyrouth en 1983, j’ai pleuré pendant tout le trajet jusqu’à ce que j’atterrisse en Amérique. C’était tout laisser derrière moi. J’avais l’impression d’être seule avec l’avenir devant moi, mais j’avais aussi peur de la nouvelle vie que j’étais sur le point de construire ». Fréquentant le Fashion Institute of Technology (FIT) de New York, Acra obtient son diplôme avec mention magna cum laude en 1986 et remporte le prix du département de design de mode de son année. Elle a ensuite étudié à l’École supérieure des arts et techniques de la mode (ESMOD) à Paris. « J’ai adoré être à fit et à ESMOD », se souvient-elle. « J’ai aimé apprendre le processus de création et voir comment les différentes cultures abordent le design de différentes manières ».

De là, Acra s’est dirigé vers l’Extrême-Orient, travaillant à Hong Kong et à Taïwan, où elle a eu l’impression de comprendre le côté fabrication de l’entreprise.

Elle a ensuite travaillé en tant qu’architecte d’intérieur. « Je pense que le design est le même langage pour l’intérieur et la mode. J’ai eu l’occasion, au début des années 1990 de travailler dans le monde de l’architecture d’intérieur. Cela m’a comblée. J’ai aimé exprimer ma créativité dans le format de l’intérieur. Pour moi, il s’agit de créer une expérience ».

Les circonstances l’ont ramenée vers le monde de la mode, lorsque, sur un pari, elle a conçu une robe de mariée pour une amie en trois semaines. « Lorsque j’ai conçu la robe de mariée de mon amie pour la première fois, j’ai fait appel à ma créativité et à ma capacité à utiliser des chutes de tissus pour créer les pétales de fleurs à la taille de la robe. J’ai ajouté ma touche personnelle de feuilles vertes à la robe – c’était quelque chose que personne n’avait jamais vu auparavant », se souvient-elle.

« J’ai demandé à une amie de photographier la robe que je présentais sur un cintre. La photo était inhabituellement jolie et différente de tout ce que l’on pouvait voir à l’époque. Le résultat était une belle photo. J’ai décidé de l’envoyer au New York Times. Et pourquoi pas ? Le New York Times a adoré la photo et l’a publiée ! ».

Elle a lancé sa ligne de robes de mariée en 1997, créant ce qu’elle décrit comme un « monde magique ». « J’ai fait passer les mariées des robes simples d’un blanc pur aux robes ornées de touches magiques. Il s’agissait de décolletés sculptés, de formes de la taille, de longues traînes et de voiles assortis. Tout le monde était attiré par le monde que j’ai créé ».

Elle pense que son diplôme de commerce l’a aidée : « Il est important que nous ne soyons pas seulement créatifs, mais que nous comprenions aussi la partie commerciale de l’entreprise ». Malgré cela, elle pense que créer une entreprise – en adoptant une approche amusante et insouciante – de la même manière ne fonctionnerait pas aujourd’hui, et affirme qu’une approche plus structurelle serait plus appropriée aujourd’hui.

En 1999, elle se sentait sûre de son orientation et a organisé son premier salon. Elle a acheté pour 20 000 $US de tissus et les a mis sur son American Express, et était certaine de son succès. « Il y avait des affiches partout et mon instinct me poussait à croire que j’allais réussir. Les acheteurs faisaient la queue pour voir ma nouvelle collection et les commandes affluaient ».

Avec une commande de 30 robes de mariée, elle s’est adressée à Max Kane, 89 ans, qui possédait une usine. « L’histoire de Max Kane était irréelle ... Je me tenais sur le pas de la porte, essayant d’expliquer que je n’avais pas d’argent pour les robes. Max m’a regardée, puis m’a tendu quelques centaines de dollars de sa poche et m’a envoyée acheter mon premier rouleau de tissu. C’était le début de mon avenir, je n’oublierai jamais ce moment. Encore aujourd’hui, ses arrière-petites-filles font partie de ma vie ».

suite ci-dessous

Reem Acra spring 2016 Reem Acra spring 2016 Reem Acra spring 2016
Printemps 2016

Reem Acra spring 2016
Automne 2016

Reem Acra spring 2017 Reem Acra spring 2017
Printemps 2017

 

Au cours des deux décennies et demie qui viennent de s’écouler, la marque Reem Acra a continué à innover en se concentrant sur l’avenir. « La concurrence vous rend plus fort – j’ai toujours la certitude d’être à l’origine de la prochaine tendance avant tout le monde », déclare Mme Acra. Elle a également réussi à rester dans le haut de gamme et n’a jamais cherché à descendre dans le bas de gamme pour obtenir des ventes de masse. « Il n’est pas facile de rester fidèle à soi-même. La vie est tentante. J’ai décidé que j’aimais le processus créatif et que je tenais à l’unicité de ma marque ».

Emmener les gens dans un autre monde a été la marque de fabrique de nombreuses collections Reem Acra. C’est ce qu’elles ont de magique. Un coup d’œil rapide révèle sa façon de penser : au printemps 2016, la déclaration d’ouverture de son défilé était « Je veux juste vous emmener dans mon monde », en anglais et en français. Pour l’automne 2016, la collection s’intitulait The Secret World of the Femme Fatale. Plus proche d’aujourd’hui, la collection de couture du ressort 2023 porte le titre 1001 Nights – on ne sait pas à quoi cela fait allusion. Le printemps 2023 a pour thème Constantinople.

Il est clair qu’Acra a une vision internationale. « Je crée en gardant à l’esprit toutes les cultures, ce que je considère comme l’une de mes forces. Mes créations plaisent à une clientèle internationale. Je suis capable de créer avec une sensibilité américaine, une main française de la couture et une imagination magique de l’Orient ».

Cela a attiré tout le monde, de la première dame américaine, la Dr Jill Biden, à des noms de célébrités très connues comme Halle Berry, Jennifer López, Madonna, Taylor Swift, Kristen Stewart, Reese Witherspoon et Catherine Zeta-Jones. Parmi les clientes de la collection mariage figurent Le Ann Rimes, Jenna Dewan et Marcia Cross.

En 2010, elle a ouvert une boutique à Beyrouth, ramenant les choses à leur point de départ. Elle est une figure internationale, siégeant au Council of Fashion Designers of America et au Dubai Design and Fashion Council.

Au sein de son label, Acra reste très occupée – encore plus, avec le pré-automnal, la croisière et autres. Pourtant, elle parvient à tout mener à bien, grâce à la planification et à la polyvalence de ses activités.

Vingt-cinq ans après la création de sa société, l’avenir peut encore l’emmener n’importe où, grâce à cette perspective : « J’aime le monde de la mode, mais j’aime encore plus le monde de la créativité. Elle se présente sous de nombreux formats différents ». L’immobilisme n’est jamais une option. •

 

 


Pré-automne 2022.


De la collection printemps 2023, Dreeming of Constantinople.


La collection resort 2023, 1001 Nights.

 

Jack Yan est fondateur et éditeur de Lucire. Traduit par Julia Soares.

 

 

 

Related articles hand-picked by our editors


Out of the spotlight

Loin des feux de la rampe
There is nothing that Los Angeles-based designer Peter Cohen wants more than knowing his clients shine, feeling fabulous and confident wearing his work
Il n’y a rien que le designer Peter Cohen, basé à Los Angeles, désire plus que de savoir que ses clients brillent, se sentent fabuleux et confiants en portant son travail
First published in the September 2022 issue of
Lucire KSA
Dans le numéro du septembre 2022 de Lucire KSA

 


Thoughtful and timeless

Réfléchi et intemporel
Slow fashion, elegance, and exceptional quality come together in Estonia with Marimo, the label founded by designer Mariliis Pikkar. Jack Yan interviews her
Slow fashion, élégance et qualité exceptionnelle sont réunis en Estonie avec Marimo, le label fondé par la créatrice Mariliis Pikkar, interviewée par Jack Yan
Photographed by/photographié par Julia Astok
From issue 45 of Lucire
Dans le 45e numéro de Lucire

 


Born in Riyadh

Né à Riyad
Kayane Mahrejian created her sustainable label, Kaiane Designs, when searching for a wedding dress, and now capably multitasks between designing and working as one of the engineers at NEOM. Jack Yan speaks with her
Kayane Mahrejian a créé son label durable, Kaiane Designs, lors de la recherche d’une robe de mariée, et est désormais capable d’effectuer plusieurs tâches entre la conception et le travail en tant qu’ingénieur chez NEOM. Jack Yan parle avec elle